Salsa, son nom signifie « sauce » et signifie aussi dans le langage populaire cubain « sensuel » et « attirant ». La salsa, telle que nous la connaissons aujourd’hui est un mélange culturel de rythmes d’Amérique Latine comme le son, le guaganco, la rumba, le mambo, le cha-cha-cha, la bomba, la plena, … avec des influences de rythmes américains tels le jazz, la soul, le blues, et de rythmes européens.

Elle se danse de façon générale en couple mais également seul, laissant libre court à l’improvisation. Elle apparait dans les quartiers hispaniques de New York au début des années 50 – 60 et connait un grand succès. Dans les années 70, elle déchaîne un véritable engouement dans tous les Etats-Unis. Elle s’exporte en Europe et dans le monde entier dans les années 90, et connaît le même succès. La danse s’appuie sur les bases du son, du mambo ainsi que de mouvements d’autres rythmes, de façon à amener une manière commune de danser. On dit « salsero » pour désigner le danseur et « salsera » pour désigner la danseuse.

La salsa est une musique écrite à 4 temps (4 temps par mesure). Pour un couple de mesures, lorsque le musicien  compte 1, 2, 3, 4 pour la première mesure (mesure forte) et toujours 1, 2, 3, 4 pour la seconde mesure (mesure faible), de façon générale, le danseur et/ou professeur de danse compte 1, 2, 3, 4 la première mesure, puis 5, 6, 7, 8 la seconde mesure. Cette façon de compter jusqu’à 8 est commune à beaucoup d’autres danses (modern’jazz, hip-hop, classique, …). On peut identifier trois types de salsa et différents styles : La salsa cubainela salsa portoricaine et la salsa colombienne.

SALSA CUBAINE

Elle s’inspire de la danse casino des années 50, comme celle pratiquée au Tropicana, fameux club de la havane, et prend ses racines dans le son cubain, danse apparue vers 1920. Le couple se déplace essentiellement en décrivant des cercles successifs. C’est une danse de rue, populaire et sociale.

Une variante dite « Rueda de casino » consiste en une ronde (rueda) de couples où un meneur annonce successivement les figures à exécuter ensemble et en même temps, avec de multiples et différents changements de partenaire. L’accent est mis sur le temps fort musical (temps 1 de la mesure à 4 temps) et on compte : 1, 2, 3, …, 5, 6, 7,… (pause sur les temps 4 et 8).

Lorsque la salsa est dansée en couple, le salsero marque le temps 1 du pied gauche, puis le temps 5 (c’est le temps 1 de la seconde mesure) du pied droit. La salsera fera l’inverse.

Mykel Fonts, Henry Herrera, José Alfredo Carrion, Homero Gonzalez, Iris De Brito, pour ne pas tous les citer, ont contribué au développement et à l’enseignement de la salsa cubaine dans le monde.

Salsa

SALSA PORTORICAINE

Sa caractéristique est que le couple de danseurs respecte une ligne de danse, on distingue plusieurs styles :

    • Le style Palladium (original mambo « on 2 »), issu du son cubain et précurseur de la salsa portoricaine, il tient son nom de l’immense et populaire salle de concerts et de bals de New York, le Palladium, inauguré vers 1946.
    • Les Palladium Mambo Legends, Freddie Rios et Mike Ramos, sont les pionniers de ce style grâce à leurs époustouflantes apparitions sur la scène du Palladium dans les années 1950. On peut les comparer aux célèbres Nicholas Brothers, fabuleux danseurs acrobatiques de claquettes et de jazz.

La salsa palladium est aujourd’hui principalement réservée à la compétition (ballroom) mais toujours pratiquée par certains adeptes. Ce style est enseigné à Paris à l’école Salsabor (fondée par Clifford Jasmin et Valérie Mitchelson, pionniers de la salsa en France).

Son rythme est compté …, 2, 3, 4,… 6, 7, 8 (pause sur les temps forts musicaux 1 et 5). L’accent est mis sur les temps faibles 2 et 6 (contretemps). Le salsero prend un départ du pied gauche sur 2, puis du pied droit sur 6. La salsera fera l’inverse. A noter que les temps 1 et 5 ne sont pas dansés.

    • Le style New York (New York style « break on 2 ») où les danseurs mettent l’accent sur le temps faible (temps 2 puis 6 d’un couple de mesures à 4 temps). On parle de danser à contratiempo (à contretemps). Le rythme est compté 1, 2, 3, …, 5, 6, 7,… Le salsero prend un départ du pied gauche sur 1, puis du pied droit sur 5. La salsera fera l’inverse. Ce style a été développé par Eddie Torres, l’un des meilleurs salseros au monde, surnommé le « mambo king ». Eddie Torres est à la danse ce que Tito Puente est à la musique.  D’autres artistes / danseurs vont contribuer à la diffusion de la salsa New York style dans le monde : Frankie Martinez, Nelson Flores, Oscar Perrones de la compagnie Yamulee, Thomas Guerrero de la compagnie Santo Rico, …
    • Le style Portoricain (Puerto Rican style « on 2 »), qui vient directement de Porto Rico, très peu pratiqué en Europe. Les danseurs mettent l’accent sur les temps faibles (temps 2, puis 6 d’un couple de mesures). Comme pour le New York style, le rythme est également compté 1, 2, 3, …, 5, 6, 7, … En revanche, si le rythme est identique à celui du New York style, le salsero prend un départ du pied droit sur 1, puis du pied gauche sur 5. La salsera fera l’inverse.
    • Le style Los Angeles (L.A style « on 1 ») où les danseurs mettent l’accent sur le temps fort musical (temps 1 puis 5 d’un couple de mesures à 4 temps). Le rythme est compté 1, 2, 3,…5, 6, 7,… (pause sur les temps 4 et 8). Le salsero prend un départ du pied gauche sur 1, puis du pied droit sur 5. La salsera fera l’inverse. Ce style très dynamique a été développé par les frères Vasquez (Francisco, Luis, Johnny) ainsi que d’autres artistes comme Liz Lira à Los Angeles, la compagnie Tropical Gem en Italie, pour ne pas tous les citer.

Salsa 2

SALSA COLOMBIENNE

La salsa colombienne est née à Cali. C’est la plus commune en Amérique Latine si bien que Cali est considérée comme la capitale mondiale de la salsa. On y trouve de nombreuses académies de danse et de discothèques dédiées à cette musique. La salsa colombienne est un mélange de rythmes divers tels le boogaloo, la pachanga et les danses folkloriques colombiennes comme la cumbia. Dans ce style, où les danseurs sont très proches, c’est l’esthétique et le caractère qui prime avant le mouvement ou les figures. Il met en valeur les jeux de jambes rapides et dynamiques « façon » twist.


Leave a Reply


Abonnez vous à la newsletter

En vous inscrivant à notre liste de diffusion, vous serez toujours informé des dernières nouvelles et événements.

SIGN INTO YOUR ACCOUNT CREATE NEW ACCOUNT

Your privacy is important to us and we will never rent or sell your information.

 
×
INSCRIPTION GRATUITE ALREADY HAVE AN ACCOUNT?

 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up

English English Français Français